Après HADOPI qui est déjà la royaume de l'arbitraire[1], le gouvernement et notre Président-de-tous-les-français en remettent une grosse couche avec Loppsi 2. Succinctement, cette Loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure prévoit la généralisation des mouchards informatiques sur les ordinateurs des citoyens et encore une nouvelle « super base de données », Périclès, pour stocker et croiser les traces numériques des français.

Certains y voient une initiative de Sarkozy et de certains membres de sa majorité (comme son porte parole Frédéric Lefebvre) pour contrôler les médias. Pour ma part, j'ai plus l'impression que nous gouvernants sont paranoïaques (les terroristes sont partout, tous les français sont des terroristes en puissance, la subversion est au coin de la rue) et qu'ils croient sincèrement que l'accumulation de données personnelles sur chaque citoyen leur permettra de repérer un méchant terroriste dans le troupeau de mouton grâce à la magie de l'informatique. Sauf que tous ceux qui se penchent un peu sérieusement sur cette question savent que plus on accumule d'information, plus il est difficile de trouver de l'information pertinente. C'est le théorème de la botte de foin : plus la botte est grosse, plus cette (biiip) d'aiguille est difficile à trouver.

Non, le plus gros soucis que fait courir ce type de flicage à outrance, c'est la perte de toute vie privée. Ces fichiers sont construits et accédés par des humains. Posez-vous la question : qui va accéder à ces fichiers ? Qui connaîtra la répartition de vos achats ? Qui saura où vous êtes à tout instant ? Qui connaîtra vos horaires de connexion à Internet et les sites sur lesquels vous allez ?

Demandons nous collectivement quel est le gain réel de telles lois liberticides. La lutte contre le terrorisme mérite-t-elle de perdre toute vie privée ? Ne peut-on pas mieux recentrer le curseur ?

Un exemple : les accidents de la route en France font 5.000 morts par an. Pour éviter tous ces morts, mettons un mouchard électronique qui positionne à tout instant chaque voiture par GPS, enregistre les positions successives et prévient, par SMS, lors de toute infraction. Un tel dispositif est très facile à réaliser[2]. Il occuperait la taille d'un petit téléphone portable et couterait la centaine d'euros (et probablement beaucoup moins car généralisé à tous les véhicules[3]). On fera des économies de policiers puisque chaque infraction sera immédiatement signalée. Non, vous ne voulez pas ? ;-) Vous estimez peut-être que le jeu n'en vaut pas la chandelle. Ou que trop de dérives sont possibles. Et pour vos traces électroniques (téléphone portable, mouvements bancaires, enregistrements dans des fichiers divers comme la sécu, ...), ce n'est pas pareil ?

Notes

[1] La loi HADOPI ne définit jamais sur quel critère technique un Internaute pourra recevoir les alertes. Pour beaucoup de spécialistes comme moi, suivre les activités des réseaux P2P (Peer to Peer ou Pair à pair) est très difficile et les contournements sont nombreux. La récente publication du cahier des charges d'HADOPI ne fait que confirmer cette inquiétude.

[2] ...et est déjà fait, par exemple dans les fourgons blindés de transport de fonds.

[3] En électronique, plus on produit, moins ça coute cher.