Tag - gulliver

Entries feed - Comments feed

Last entries

Mon 07 May 2012

Gulliver à Vern-sur-Seiche du 23 au 26 mai : Libre-sur-Seiche

Gulliver organisera à Vern-sur-Seiche une semaine autour du Libre du 23 au 26 mai prochain : Libre-sur-Seiche.

Au programme :

  • Mercredi 23 mai de 14h à 17h : démonstration de jeux sous licences libres dans l'espace multimédia
  • Mercredi 23 mai à 20h : débat : l'Art et le Libre
  • Vendredi 25 mai : conférence-débat « Le Libre, j'y participe ! », autour d'OpenStreetMap, un projet de carte mondiale participative pour le citoyen et les collectivités
  • Samedi 26 mai de 10h à 16h : conférences et démonstrations de logiciels et œuvres libres
  • Samedi 26 mai 12h30 - 13h30 : pique-nique libre ouvert à tous avec les membres de Gulliver autour du Volume

Venez nombreux !

Sat 12 Mar 2011

Présentation de MapOSMatic

Le lundi 7 mars dernier, j'ai fait une présentation de MapOSMatic, un site web permettant à chacun de faire son plan de ville à partir des données d'OpenStreetMap :

  • présentation générale du site ;
  • comment nous avons fait pour faire ce logiciel ;
  • comment ça marche derrière la page web ;
  • quelques infos sur la prochaine version.

Les transparents sont maintenant disponibles, en version PDF ou les sources LaTeX.

Une remarque sur l'origine du nom, puisqu'on nous demande toujours pourquoi on a utilisé un nom pareil. ;-) MapOSMatic = « Map » pour carte en anglais + « OSM » pour OpenStreetMap + le suffixe « atic » comme dans automatique. Simple non ? :)

Frama-C pour l'analyse de valeur et la preuve

J'ai fait hier soir une présentation Gulliver sur Frama-C, un framework qui permet notamment de faire de l'analyse et de la preuve sur du code C. Les transparents et exemples sont disponibles (réutilisez les, c'est du Libre !).

Suite à l'annonce de ces transparents sur la liste frama-c-discuss, une très intéressante discussion a démarré sur l'utilisation concrète de Frama-C sur des codes industriels et les avantages respectifs de l'analyse de valeur et la preuve. Je recommande de lire notamment les points de vue de quelqu'un d'Atos Origin (avec des remarques encore plus précises sur la manière de faire ces analyses) et de quelqu'un de chez Dassault Aviation.

Apparemment, Frama-C est utilisé sur du code industriel et il donne des résultats. Intéressant !

Mon 16 Mar 2009

Compilez vos programmes...

...enfin, au moins quelques uns ! ;-)

La première liberté du Logiciel Libre, c'est de pouvoir utiliser les programmes. Bien souvent, on utilise des programmes pré-emballés, empaquetés, parce que c'est plus simple et plus rapide. Mais qui dit que le programme est réellement libre ? Qu'une de ses dépendances ne pose pas un problème ? Que le programme est complet ? Qu'il est de qualité ?

Si vous utilisez un paquet d'une distribution bien connue, comme Debian ou Ubuntu, vous pouvez être sûr qu'il n'y a pas de soucis (en particulier pour Debian). Mais si vous utilisez un logiciel libre trouvé sur le web, rien ne dit que le logiciel proposé en téléchargement est complet, qu'il n'a pas de dépendances non libres ou simplement qu'il est bien compilable à partir des sources. C'est pourquoi je vous encourage vivement à compiler, au moins une fois de temps en temps, un logiciel libre que vous utilisez ou testez. Et tant que vous y êtes, à jeter un coup d'œil aux sources, histoire de regarder comment il est codé et la licence. Et une fois que vous avez fini, vous pouvez mettre une petite doc en ligne ou faire un petit billet de blog, histoire d'aider les autres.

Installer un programme à partir des sources, ce n'est pas si compliqué que ça en a l'air. Cela dépend bien évidemment du langage utilisé, de vos connaissances et de votre environnement. Mais la connaissance d'un minimum d'anglais technique permet de lire les fichiers README et INSTALL qui indiquent pas à pas les actions à faire. Et si vous avez un soucis, vous pouvez toujours demander sur la liste de diffusion gulliver@.

Et plus fondamentalement, compiler un programme, c'est un peu suivre l'esprit scientifique. En science, refaire une expérience soit-même permet de vérifier les dires d'un chercheur et confirmer ou infirmer ses propos. Installer un programme à partir des sources, c'est vérifier que le programme est complet et réellement utilisable, qu'il est bien libre, sans laisser à d'autres le soin de le faire pour vous. En faisant ça et en le faisant connaitre, vous faites progresser le logiciel libre.

...et remerciez les programmeurs

Tiens, à propos de logiciel libre et de compilation, le Framablog a sorti un billet sur une idée sympa :

Un obscur blogueur du nom de Solarius vient tout seul de décréter le dernier vendredi du mois de mars, le « Thank a dev day », que l’on pourrait traduire par la « Journée de remerciement aux développeurs de votre logiciel libre préféré » (oui, c’est un peu plus long en français).

La procédure est simple (et itérative) :

1. Choisir votre logiciel libre, de préférence parmi ceux que vous utilisez au quotidien et qui vous a déjà rendu mille services.

2. Trouver le mail de son auteur, ou plus sûrement de ses auteurs. Ce n’est pas forcément facile mais à défaut prendre l’adresse de contact du site officiel du logiciel en question.

3. Lui écrire pour le remercier chaleureusement en précédant le sujet de votre message du tag « TADD ». Ne pas hésiter à lui donner quelques détails de l’usage que vous faites de son logiciel.

4. Et c’est fini, vous avez échangé un petit sourire entre développeur et utilisateur. Si vous le souhaitez vous pouvez revenir au point 1. pour recommencer avec un autre logiciel ;-)

Je trouve que c'est une très bonne idée. Ça ne coute pas grand chose et ça peut faire énormément plaisir. Cette initiative est dans la droite ligne de dons aux logiciels libres que voulais faire un « Thomas » sur la liste gulliver@ en janvier dernier.

Le 27 mars prochain, envoyez un petit mot à vos développeurs préférés. Pour ma part, j'hésite encore : Emacs ? Gnus ? OCaml ? Firefox ? Dotclear ? Dokuwiki ? Lighttpd ? make ? gcc ? ssh ? bash ? BackupPC ? Mercurial ? La liste est trop longue. :-) Je crois que je vais privilégier les logiciels peu connus ou de petite taille. Les gros projets on déjà des financement et de la reconnaissance. À vous de jouer !