Une remarque de Jean-Marie m'a rappelé que la plupart des sites web actuels sont vraiment lents (un exemple au hasard ? Voyages-sncf.com bien sûr !) alors que nos machines, disques durs et réseaux sont de plus en plus rapides ! La principale cause, comme d'habitude, c'est que l'on utilise de plus en plus de logiciel dynamique et plus ou moins interprété comme du PHP ou du Python. Mais un composant essentiel de la pile web, c'est quand même le serveur web. Et celui que la plupart des gens utilise, Apache (52% de part de marché en janvier 2009), est il faut le dire une vraie bouse. Heureusement, le monde du Libre est formidable : il y a des alternatives ! \o/

La première alternative, c'est lighttpd (prononcer lighty) et c'est celui que j'utilise sur mon serveur web. Subjectivement, c'est vrai qu'il est rapide. Il se lance ou se relance en un clin d'œil et le fichier de configuration a une syntaxe plutôt agréable. Et objectivement, il est rapide d'après des tests faits par Fred sur deux machines identiques. ;-) Malheureusement, sa documentation est plutôt légère : quand je me pose des questions sérieuses sur un module, par exemple l'ordre d'interprétation des règles de ré-écriture d'URL, je ne trouve pas d'information détaillée. Par contre, comme il est utilisé par beaucoup de gros sites pour leurs parties statiques (YouTube, Wikipédia, ...), on peut supposer qu'il est correctement programmé du point de vue sécurité.

L'autre prétendant, c'est nginx. Pour lui, je n'ai pas trop d'expérience. Il fait un peu fouilli puisqu'il fait, en plus de serveur web, mail proxy server. Et j'ai entendu dire qu'il y avait des bugs et que les développeurs étaient plus intéressés à rajouter de nouvelles fonctionnalités qu'à les corriger : un peu embêtant pour un serveur web accessible à la sauvagerie du Wild Wide Web. Mais bon, ce ne sont que des ouïes dire, à vérifier donc.

Le troisième prétendant, petit nouveau dans l'arène, c'est Cherokee, que j'ai découvert grâce aux notes de version de la toute nouvelle Debian Lenny. :-) Cherokee a l'air très sympa (outre son logo ;-) : configuration par une interface web (sécurisée par mot de passe unique et ssh) mais sauvegardée dans un fichier texte, documentation qui a l'air complète, et toutes les fonctionnalités qu'on peut attendre d'un serveur web moderne : équilibrage de charge, ré-écriture d'URL, support de FastCGI et consorts, serveurs virtuels, etc. Et surtout, il est rapide... enfin d'après leurs propres benchmarks. :-) Mais bon, j'envisage à moyen terme de le tester à la place de lighttpd.

Enfin, mon outsider, c'est Ocsigen. Plus qu'un serveur web, c'est un environnement de développement complet, en OCaml, qui est intégré au serveur web. Et depuis la dernière version 3.11 du compilateur OCaml qui permet de charger des modules de code natif dans un programme OCaml, Ocsigen fonctionne en code natif ! Cela veut dire que l'on a un environnement de développement web avec toutes les bonnes propriétés d'OCaml (typage fort à la compilation, y compris sur des requêtes SQL de PostgreSQL, garbage collector performant, beaucoup de bibliothèques, ...) et qui en plus produit du code natif, donc réellement efficace (comme le montre ces tests de Dario Teixeira). Cela me semble la meilleur combinaison pour faire des sites web qui poussent ! Évidemment, il faut programmer en OCaml et surtout se faire à l'environnement d'Ocsigen, ce qui n'est pas aussi simple qu'en PHP par exemple. Mais même en tant que simple serveur web de pages statiques, Ocsigen se compare correctement à lighttpd et Apache, sans toutefois être aussi performant. Et bien sûr, pour les sites dynamiques, il est nettement plus rapide que Ruby (qui certes n'est pas le langage le plus rapide) !

Face à Apache, tous ces serveurs web ont beaucoup d'avantages mais un gros inconvénient : les logiciels web sont tous conçus pour Apache. Donc il faut souvent adapter la configuration du serveur web, notamment dans la gestion des droits d'accès (configuration équivalente aux .htaccess). Rien de bien mortel, mais c'est toujours du travail en plus et on a toujours le risque de faire une erreur.

En tout cas, une chose est sûre, la liberté et la dynamique du Libre nous permet d'avoir des solutions réellement innovantes. Il ne vous reste plus qu'à les utiliser. ;-)