demexp On m'a récemment contacté à propos de l'expérience démocratique. J'avais déjà annoncé que je quittais le projet mais j'ai fini par élaborer une réponse plus précise. Il me semble intéressant de la rendre publique, non pas pour étaler mes états d'âmes mais comme une réflexion a posteriori sur un engagement et sur un projet de logiciel Libre qui n'a pas marché (et accessoirement pour l'« histoire » du projet ;-).

Si on retourne en 2003, je venais surtout pour l'aspect informatique du projet. Faire un logiciel de débat et de vote électronique original, c'était intéressant et très motivant. Mais après plusieurs années de développement je n'ai toujours pas un logiciel utilisable et je me suis retrouvé tout seul à le faire (ou quasiment). La lassitude a fait le reste du travail. ;-)

Par ailleurs, certains choix technologiques ont limité le développement du projet (client lourd en Gtk+, pas d'interface web), même si cela était dû à des contraintes quand j'ai commencé (Ocsigen n'existait pas à l'époque). Pour d'autres choix comme utiliser le langage OCaml, ça a très certainement limité l'arrivée de nouveaux développeurs. Mais je n'en aurais pas fait autant dans des langages plus classiques comme PHP ou Python. D'ailleurs d'autres ont proposé des morceaux de logiciel, en repartant de zéro comme Jean-Marc Fauché ou Lyu Abe. Mais ces propositions ne m'ont jamais emballé.

Plus sur le fond, je m'interroge pas mal sur le sens du projet. La démocratie ne se limite pas au vote, le débat et la formation des citoyens sont tout aussi important. Après quelques années, j'ai eu l'impression qu'on se concentrait uniquement sur l'aspect vote et pas assez sur les autres aspects. Pour le dire autrement, c'était peut-être plus important de faire un serveur de listes de diffusion, un service web pour synthétiser les débats et puis finalement voter en Condorcet avec du papier et du crayon que de faire un logiciel de vote électronique. On avait dit qu'on ferait des « soirées Condorcet » dans un bar, pour mettre en œuvre de manière concrète et ludique les idées du projet : cela ne s'est jamais fait.

Pour le logiciel, je suis parti sans réellement de spécifications, quasiment par le codage. Ce n'est pas comme ça que l'on fait un bon logiciel. ;-) Évidemment, quand on a démarré, on ne savait pas trop où on allait. Maintenant je pense que j'aurais des idées plus claires.

Informatiquement parlant, l'amplitude du projet est très vaste. Cela va des bases de données aux interfaces graphiques en passant par la cryptographie ou le réseau. C'est très stimulant sur le plan intellectuel, on apprend pleins de choses mais on n'est pas forcément bon partout.

Sur un plan plus pratique et citoyen, le vote électronique est très polémique (voir par exemple ordinateurs-de-vote.org). Je suis moi même contre les machines de votes actuelles[1] ! Il est quasiment impossible de faire un logiciel de vote aussi transparent qu'une urne en plexiglas. La recherche dans le domaine des protocoles de vote avance mais il faudra encore probablement de nombreuses années avant d'avoir quelque chose d'utilisable. Et ce sera très vraisemblablement plus compliqué qu'un bulletin dans une urne.

Sur le plan plus humain, on a démarré à quatre sur le projet, puis à trois au cœur. J'ai trouvé sur le long terme que j'étais un peu seul à faire la gestion de tâches informatiques (mise à jour du serveur, répondre sur les listes, le développement, etc.), malgré le soutien de mes deux compères. Ils ont beau être les pères de l'idée, j'ai trouvé que leur implication n'y était plus.

Enfin et surtout, après plusieurs années, j'ai envie de m'attaquer à d'autres défis, dans des domaines totalement différent et cela ne se fera pas sans dégager du temps libre. J'ai donc arrếté mon implication dans des projets non « productifs ».

Voilà, c'est probablement trop long et un peu confus, mais c'est dur de résumer plusieurs années de projet en quelques mots.

Je considère toujours que la thématique du projet, la réflexion sur la démocratie et le rôle du politique, est cruciale. Peut-être juste que l'angle n'était pas le bon, je ne sais pas. Apparemment, d'autres on des idées similaires et très intéressantes.

Et l'expérience a été pour moi enrichissante. Je ne regrette rien ! :-)

Notes

[1] Vous avez dit schizophrène ? ;-)